Ce qu’il faut savoir sur l’éducation positive et bienveillante


Pour le bienêtre de l’enfant, il ne faut pas trop crier, il ne faut pas non plus le punir, il faut apprendre à lui parler en douceur pour qu’ils nous écoutent… Parfois, on ne sait plus qui suivre et qui écouter, car on entend tellement de choses sur l’éducation de l’enfant à la télévision, dans les magazines et sur internet. Du coup, on se demande ce qui est vraiment le meilleur pour notre enfant.

Pour vous aider à y voir plus clair, faisons un petit brief. En fait, ce que l’on entend partout, c’est l’éducation positive et bienveillante. Et pour mieux comprendre cette nouvelle méthode et surtout pour savoir comment l’appliquer, nous allons vous donner une piste.

L’éducation positive, c’est quoi ?

D’après les professionnels et les chercheurs, le comportement ainsi que le développement de l’enfant sont en grande partie dus à son éducation. Ainsi, si l’on souhaite avoir un enfant digne, il faut aussi adopter une éducation digne. Du coup, on a mis en place l’éducation positive, que l’on appelle aussi sous le nom de l’éducation bienveillante. Cela consiste plutôt à écouter l’enfant, à le comprendre et à discuter doucement en cas de soucis. On oublie de ce fait les punitions, les fessées ainsi que les ordres. Cette forme d’éducation favorise l’autonomie de l’enfant et surtout améliore la relation entre les parents et l’enfant.

Pourquoi choisir ce type d’éducation ?

Autrefois, les parents corrigeaient ses enfants avec une fessée, une punition, un coup, un hurlement et une humiliation. Bien évidemment, cela leur faisait peur et ils ne recommenceraient plus ses bêtises, mais ses parents sont-ils conscients que ces gestes entrainent des effets secondaires sur la façon d’agir et de pensés de l’enfant ? En effet, un enfant qui a été longtemps battu et puni par ses parents aura du mal à prendre une décision, à avoir de la confiance en soi et surtout à parler devant le public. Tout simplement parce que, quoi qu’il fasse, il y a toujours cette peur et cette crainte au fonds de lui. Pour éviter cela, pourquoi ne pas opter pour une autre éducation, une éducation plus heureuse qui ravira aussi bien l’enfant que les parents ?

Comment l’appliquer dans notre quotidien ?

Pour rester zen, il faut essayer de ne pas crier, de ne pas frapper et de ne pas punir. Si vous avez constaté que votre bambin a fait quelques choses de mal, avant de hurler, discutez tout d’abord avec lui. Vous pourrez ainsi comprendre pourquoi il a agi de la sorte. Laissez-lui s’exprimer, et écoutez attentivement. Quand il aura terminé, vous pouvez prendre la parole. N’hésitez pas à le corriger en lui disant ce qu’il a dû faire, en toute gentillesse, et sans le moindre cri. Vous pouvez lui demander comment il compte réparer ses erreurs, sans la moindre humiliation. L’objectif, c’est d’avoir une vraie discussion, une discussion qui mène à une leçon pour corriger le petit et lui mène vers la bonne voie, tout en renforçant la relation entre adultes et enfants.